viewmultimediadocument

 

Vu la semaine dernière.

Une longue queue à l'extérieur nous attendait. Qui plus est sous la pluie avec une 30ne de minutes d'attente,

et nous entrâmes dans la salle saint Jean de l'Hôtel de Ville. J'avoue avoir été un brin décue par cette exposition,

par son cheminement, le côté peu agréable de sa disposition, elle était assez étriquée dans une grande salle avec diverses allées étroites pour admirer de nombreuses affiches, extrait de scénario, extraits de films, maquettes de décors, croquis de costumes et de décors. Les croquis du film "minuit à paris" étaient somptueux. Il y a quelques costumes disséminés par petites touches dans cette grande salle dont une sompteuse robe je crois de Givenchy pour Audrey Hepburn.

 

Voici quelques photos prises et un peu ratées malheureusement de cette exposition (car interdit)

 

2012-09-21 15

2012-09-21 15

2012-09-21 16

2012-09-21 16

Depuis ses débuts, le cinéma américain a représenté la capitale française dans plus de 800 films, avec des tournages à Paris ou en reconstituant la capitale française en décor.

Rythmée par de nombreux extraits de films et réunissant des photographies, des maquettes de décor, des costumes, des affiches, l’exposition se divise en 4 ensembles :

- le Paris historique du muet
- le Paris sophistiqué de la comédie sentimentale
- l’apogée du Cancan film aux films fous, virevoltants et coûteux
- Action ! Hollywood joue dans Paris depuis les années 1960.

L’exposition rassemble près de 400 documents, provenant d’archives françaises et américaines telles que la Cinémathèque française, la Bibliothèque des Oscars (Margareth Herrick Library), Warner archive… et de collectionneurs privés.
 
Le public pourra y découvrir des dessins, des décors d’Un Américain à Paris de Vincente Minelli, de Moulin Rouge de John Huston, de Minuit à Paris de Woody Allen… Des robes dessinées par Hubert de Givenchy pour Audrey Hepburn, les statues monumentales créées par le décorateur Dante Ferreti pour Hugo Cabret de Martin Scorsese.
 
Une vingtaine d’écrans permettront de découvrir près de 70 extraits de films, des premiers films d’Edison à ceux de Woody Allen, ainsi que des reportages sur les tournages de Drôle de Frimousse de Stanley Donen, L’Étau d’Alfred Hitchcock, etc.

..................................................

 

"Paris est, de loin, la ville étrangère à l’Amérique la plus représentée dans le cinéma hollywoodien. On peut estimer le nombre de films américains situés à Paris à près de huit cents. Plusieurs films par an assurément, parfois jusqu’à dix ou quinze dans la saison.

Cette sensation du spectateur américain moyen de connaître Paris est évidemment une illusion : ce qu’il reconnaît, ce sont quelques clichés de la ville fabriqués par Hollywood, que l’on retrouve dans les plans d’ouverture d’Un Américain à Paris (1951), la place de la Concorde, l’Opéra, le pont Alexandre III avec en fond d’écran la tour Eiffel, la place Vendôme devant le Ritz, le jardin des Tuileries, l’extrêmité verdoyante de l’Île de la Cité laissant apparaître Notre-Dame. Mais pourquoi Hollywood a-t-il investi tant de moyens pour enregistrer, ou plutôt fabriquer, du Paris par centaines de films ? Aux yeux du public américain, Paris est l’expression du désir, du plaisir et de la sophistication. En retrouvant la capitale française sur grand écran, il a l’illusion de boire une coupe de champagne, d’assister à un défilé de mode, de discuter avec une jolie femme ou de flâner de devantures en devantures de librairies – sans subir ni mal de crâne ni l’humiliation qu’on vous écarte au dernier moment du podium, ni l’éventualité d’un échec ni celle de marcher dans une crotte de chien.

Que faire de ces clichés de Paris que nous renvoie le cinéma hollywoodien ? Certains s’en sont offusqués, au nom de la France, de sa fierté de vieux pays civilisé menacé par l’américanisation de sa culture. Cette exposition trouve plus stimulant de considérer que cette image de Paris renvoie moins à la ville elle-même qu’à une pulsion projetée par sa fabrication. Autrement dit : Paris, dans ces films, parle autant de la capitale française que du désir américain.

 

audrey1

 

Paris, vu par Hollywood

Hôtel de Ville de Paris - Salle Saint-Jean

5 rue Lobau 75004 Paris

Du 18 septembre au 15 décembre 2012

Ouvert tous les jours sauf dimanches et jours fériés de 10h à 19h